L’urgence d’une réarticulation de la relation entre la politique étrangère et les priorités nationales

flags

flags

Piloté par Chokri Bahria
Décembre 2015

Dans son premier document relatif à l’agenda national, « Joussour » a montré que, pour faire face aux défis majeurs et servir les priorités nationales, le pays avait besoin d’élaborer une politique étrangère stable dans ses grands choix et qui devrait avoir comme lignes directrices :

– de se défaire des considérations idéologiques,

– de s’adosser aux fondamentaux de la politique étrangère du pays,

– d’être en phase avec les exigences de la révolution et de la transition démocratique

En vue de prolonger et de détailler cette idée, la présente note invite à une réflexion urgente autour d’une question importante dictée par les défis de la transition démocratique en cette période délicate de l’histoire de la Tunisie, à savoir la relation entre la politique étrangère du pays et les priorités nationales, objet d’un quasi-consensus, et qui s’articulent autour de trois axes : la consolidation du choix démocratique, la réalisation d’un développement équilibré et le combat du terrorisme.

Il s’agit là d’une première contribution de « Joussour » dans le domaine de la politique étrangère, que l’on présente sous la forme d’une note de synthèse, qui met en avant les mouvements de pensée et l’enchainement des idées, sans que les arguments intermédiaires n’y soient développés ou détaillés.

D’autres notes de « Joussour » devront suivre sur différents dossiers de politique étrangère, notamment le dossier libyen et celui du terrorisme international.

En arabe: Rapport complet

En français: Rapport complet

En anglais: Rapport complet

« L’URGENCE D’UNE REARTICULATION  DE LA RELATION  ENTRE LA POLITIQUE ETRANGERE  ET LES PRIORITES NATIONALES »